dette

dette [ dɛt ] n. f.
• 1160; lat. debita, plur. neutre devenu n. f. en lat. pop.; de debere « devoir »
Ce qu'une personne doit à une autre. 1. devoir.
1Obligation pour une personne ( 1. débiteur) à l'égard d'une autre ( créancier) de faire ou de ne pas faire qqch., et spécialt de payer une somme d'argent. Capital principal d'une dette : somme constituant la dette (opposé à intérêts). Contracter, faire des dettes (en empruntant). Avoir des dettes. 1. devoir, s'endetter. Être en dette avec qqn. « Elle avait plus de dettes qu'il n'y a de trous dans un crible » (Sand). Être criblé, perdu de dettes. Payer, régler, rembourser une dette : s'acquitter. ⇒ se désendetter. PROV. Qui paye ses dettes s'enrichit. Anciennt Prison pour dettes. Annuités d'une dette. Échéance, exigibilité d'une dette. Dette à court, à moyen terme. Rééchelonnement d'une dette. Garantie d'une dette (gage, nantissement; caution). Reconnaissance de dette. Dette inscrite dans un compte. débet, 2. découvert, 3. droit, , 2. passif, 2. solde. Vx Dette hypothécaire; dette privilégiée. Dette de jeu, dette d'honneur, qu'on ne peut faire valoir en justice. Remise de la dette : fait pour le créancier de renoncer à ses droits.
2Fin. Dette publique ou Dette de l'État : ensemble des engagements financiers contractés par l'État (net des remboursements effectués). ⇒ emprunt. Le service de la dette. Spécialt Dette publique : ensemble des obligations résultant d'engagements financiers contractés par l'État ( emprunt) . La dette extérieure comprend la dette commerciale (ensemble des engagements contractés par un État auprès des banques étrangères) et la dette politique (concours des institutions monétaires internationales et avances consenties par les États étrangers).Anciennt Dette perpétuelle, dont le remboursement peut être indéfiniment différé sous réserve du paiement des intérêts. Dette remboursable, dont l'échéance est déterminée. La dette remboursable comprend la dette à court terme ou dette flottante, la dette à long terme et la dette viagère. La dette à long terme forme, avec la dette perpétuelle, la dette consolidée.
Écon. internat. Dette externe : ensemble des engagements privés et publics d'un pays à l'égard de créanciers étrangers. Dette nette : la dette externe diminuée des avoirs et créances sur l'étranger.
3Fig. Devoir qu'impose une obligation contractée envers qqn. engagement, obligation. Acquitter une dette de reconnaissance. « C'est une dette de justice et d'amitié que je serai bien heureux de payer » (Sainte-Beuve). Avoir une dette envers ses parents, envers qqn ( 1. débiteur) . Littér. Payer sa dette à la justice, à la société : purger sa peine.
⊗ CONTR. Créance, crédit; actif, 2. avoir.

Dette ensemble des engagements à la charge d'un État, contractés à l'occasion des émissions d'emprunts.

dette
n. f.
d1./d Ce qu'on doit à qqn.
Spécial. Somme d'argent qu'on doit. Avoir des dettes. Reconnaissance de dette: acte écrit par lequel le débiteur reconnaît une créance.
|| FIN Dette publique: ensemble des sommes dues par l'état.
|| ECON Dette extérieure: ensemble des dettes d'un pays à l'égard de l'étranger.
d2./d Fig. Obligation morale envers qqn. Une dette de reconnaissance.

⇒DETTE, subst. fém.
A.— Obligation qu'un débiteur est tenu d'exécuter envers son créancier (personne ou organisme), en particulier somme d'argent qu'il est tenu de lui payer. Avoir, contracter, faire une dette, des dettes; être en dette avec qqn; être accablé, abîmé, criblé, perdu de dettes. Anton. créance, actif, avoir. Souvent elle avait des embarras d'argent et, pressée par une dette, le priait de lui venir en aide (PROUST, Swann, 1913, p. 267) :
1. Je déteste qu'on me roule; mais ce que je dois, je le paie. Vous dénoncez mon avarice; il n'empêche que je ne puis souffrir d'avoir des dettes : je règle tout comptant; mes fournisseurs le savent et me bénissent. L'idée m'est insupportable de devoir la moindre somme.
MAURIAC, Le Nœud de vipères, 1932, p. 99.
1. Loc. proverbiales. Qui paie ses dettes s'enrichit; cent ans de chagrin ne paient pas un sou de dettes; qui épouse la veuve épouse les dettes.
2. Syntagmes usuels. Dette d'argent, de jeu; dette sacrée, énorme, légère, lourde, minime, insignifiante, chirographaire; grosse, petite dette; acquitter, éteindre, liquider, payer, rembourser une dette, des dettes, ses dettes; avouer, nier une dette; se libérer de ses dettes; avoir des dettes par-dessus la tête; n'avoir pas un sou de dette; être hors d'état de payer ses dettes; amortissement, annuité, capital, échéance, exigibilité, extinction, garantie, intérêts d'une dette.
3. Syntagmes spéc.
a) Dette criarde (cf. criard A 3).
b) Dette d'honneur. Celle pour laquelle la loi refuse action judiciaire, et que l'on s'engage à rembourser sur l'honneur (en particulier une dette de jeu). M. Chanor se chargeait alors de payer quatre mille francs dus à MM. Léon de Lora et Brideau, une dette d'honneur (BALZAC, Cous. Bette, 1847, p. 203). Vous savez que j'ai mal géré cette propriété que mon fils tient de sa mère. Il va exiger les huit mille roubles que je lui dois. (...) Et, d'ailleurs, c'est pour moi une dette d'honneur (CAMUS, Possédés, 1959, 1re part., 2e tabl., p. 952).
Dette de jeu. Dettes sacrées du jeu, qu'on acquittait autrefois dans les vingt-quatre heures (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 293); cf. aussi Code civil, 1804, art. 1965, p. 353).
c) Reconnaissance de dette. Acte écrit attestant que le débiteur a une dette envers le créancier. Signer une reconnaissance de dette :
2. Blanche lui a fait signer une reconnaissance de dettes... Ce n'était pas drôle. Il fallait du cran... Elle en a eu pour dix ans de procès; mais à la fin, elle a été payée intégralement, et avant tous les autres créanciers. C'est beau, ça.
MAURIAC, Le Mystère Frontenac, 1933, p. 216.
d) Remise de dette. ,,Abandon par le créancier de ses droits à être payé`` (Lar. encyclop.).
Spéc. [Dans la prière du Notre Père] Pardon des offenses. Remets-nous nos dettes comme nous remettons celles de nos débiteurs, pardonne-nous comme nous pardonnons (MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p. 164) :
3. De même pour la remise des dettes (ce qui ne concerne pas seulement le mal que les autres nous ont fait, mais le bien qu'on leur a fait). Là encore on accepte un vide en soi-même. Accepter un vide en soi-même, cela est surnaturel.
WEIL, La Pesanteur et la grâce, 1943, p. 21.
e) Prisonnier de/pour (la) dette (vx). Personne détenue pour dettes. Les prisonniers pour dette, à Sainte-Pélagie, s'échappèrent (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 600).
Prison, détention pour dettes :
4. ... la détention pour dettes est un fait judiciaire si rare en province que, dans la plupart des villes de France, il n'existe pas de maison d'arrêt. Dans ce cas, le débiteur est écroué à la prison où l'on incarcère les inculpés, les prévenus, les accusés et les condamnés.
BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 730.
f) Spéc., DR.
Dette active, passive (cf. actif I C 7).
Dette certaine (cf. Code civil, 1804, art. 2213, p. 406).
Dette civile. Celle qui résulte d'une opération non commerciale. Et l'arrêté plus indigne encore qui ordonnait la contrainte par corps pour dettes civiles (MARAT, Pamphlets, Appel à la Nation, 1790, p. 127).
Dette communale. Pour faire face aux charges d'équipement, de construction des bâtiments administratifs, scolaires, etc., les communes sont obligées de solliciter des emprunts auprès de différentes caisses nationales ou privées. (...) la commune doit rembourser chaque année la part de capital et les intérêts. Ce sont ces dépenses que l'on appelle « dette communale » (FONTENEAU, Conseil munic., 1965, p. 63).
Dette commerciale. Celle qui résulte d'une opération de commerce. Article 1er de la loi de 1832, qui, nettement, établit la contrainte par corps pour dettes commerciales (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 97).
Dette exigible. Celle dont le créancier peut actuellement exiger le paiement. Il faudrait faire mettre le bail (avec antidate) au nom d'un de mes fils majeur (Victor, en ce cas, car Charles a des dettes exigibles). Le propriétaire, surtout en payant deux termes d'avance, ne s'y refuserait pas (HUGO, Corresp., 1851, p. 37).
Dette hypothécaire. Celle qui est garantie par un droit spécial sur les immeubles du débiteur (cf. Code civil, 1804, art. 876, p. 159).
Dette liquide. Celle dont l'existence est certaine et le montant déterminé (cf. ibid., art. 2213, p. 406).
Dette personnelle. Celle qui donne au créancier contre le débiteur une action personnelle (p. oppos. à la dette de communauté entre deux époux) (cf. ibid., art. 1478, p. 271). Depuis cette époque jusqu'en 1831, je ne possédais pas une obole, je ne pris pas cent sous dans la bourse commune sans les demander à mon mari, et quand je le priai de payer mes dettes personnelles au bout de neuf ans de mariage, elles se montaient à cinq cents francs (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 63).
Dette solidaire. Le codébiteur d'une dette solidaire (Code civil, 1804, art. 1214, p. 218).
B.— ÉCON. POL., FIN.
1. Dette publique, dette de l'État. Ensemble des dettes de toute nature, résultant généralement d'emprunts, contractés par un État et qu'il doit rembourser à ses concitoyens (dette intérieure) ou à un autre État (dette extérieure). Dette à court, moyen, long terme. À la mort de François Ier, la dette publique en France était de trente mille livres de rente (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 799) :
5. La paix trouve notre économie privée d'une grande partie de ses moyens de production, nos finances écrasées d'une dette publique colossale, nos budgets condamnés pour longtemps à supporter les dépenses énormes de la reconstruction.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 234.
Synon. rare dette nationale. Le plan de liquidation de la dette nationale, par l'établissement d'un fonds d'amortissement, 1786 (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 1, 1797, p. 218) :
6. ... malgré les conquêtes napoléoniennes et le blocus continental qui tripla la dette nationale, contraignit l'aristocratie à hypothéquer ses terres et réduisit le peuple à la misère, la capitale recueille un magnifique bénéfice de ses douze années de guerre; c'est que seule elle était outillée pour financer une coalition universelle.
MORAND, Londres, 1933, p. 42.
Synon. ell. la Dette. Contrôleur de la Dette (cf. PROUST, Filles en fleurs, 1918, p. 434). L'obligation d'éteindre la dette provoque une contraction des réserves-or chez le pays emprunteur et, si la circulation obéit aux règles classiques, une pression déflationniste (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 382).
Dette extérieure :
7. En 1852, le gouvernement grec désespérait de payer jamais les intérêts de la dette extérieure. Il se promettait seulement de témoigner sa bonne volonté aux trois puissances en leur donnant 400.000 drachmes par an.
ABOUT, La Grèce contemporaine, 1854, p. 322.
Dette intérieure :
8. J'ai compris dans la dette intérieure le traitement de disponibilité qu'on paye à trois cents officiers, sous-officiers et marins.
ABOUT, La Grèce contemporaine, 1854 p. 317.
2. Dette commerciale (DR. FISCAL). Partie de la dette extérieure consistant dans des emprunts souscrits sur des marchés étrangers ou contractés envers des banques étrangères (cf. CAP. 1936). Anton. dette politique.
3. Dette politique. Partie de la dette extérieure consistant dans des avances consenties par un gouvernement étranger (cf. CAP. 1936). Anton. dette commerciale.
4. Dette perpétuelle. Dette au remboursement de laquelle aucun terme n'a été fixé, et dont seuls les intérêts sont exigibles :
9. Enfin, la bourgeoisie détenait la plus grande partie des titres de la dette publique :elle fit donc principalement les frais du réaménagement des dettes perpétuelle et viagère par Cambon, de la liquidation Ramel, du discrédit continu de la rente sous le Directoire, du paiement des coupons en bons sans valeur.
LEFEBVRE, La Révolution fr., 1963, p. 563.
5. Dette à long terme. Dette publique dont l'échéance est éloignée (cf. LEMEUNIER 1969).
6. Dette remboursable. Celle dont l'échéance est déterminée, et qui se compose de la dette flottante, de la dette à long terme et de la dette viagère. ,,La dette (publique) est soit remboursable en principe à une date fixée, soit perpétuelle`` (BARR. 1974).
7. Dette flottante. Partie de la dette publique, à court terme, constituée par l'ensemble des emprunts à moyen et à court terme. ,,Dette du Trésor envers les particuliers sous forme de Bons du Trésor, montant des fonds versés en compte courant au Trésor`` (BARR. 1974).
10. ... une dette flottante n'est pas dangereuse si elle peut être remboursée le cas échéant par un recours à l'institut d'émission, recours ne dépassant pas ce qu'autorise le niveau de l'encaisse-or.
BAUDHUIN, Crédit et banque, 1945, p. 152.
P. métaph. :
11. ... il entretenait toujours sur la place un certain crédit qu'il appelait sa dette flottante; et comme on savait qu'il avait l'habitude de rendre dès que ses ressources personnelles le lui permettaient, on l'obligeait volontiers quand on le pouvait.
MURGER, Scènes de la vie de bohème, 1851, p. 29.
Synon. dette à court terme. D'autre part, la circulation fiduciaire et la dette à court terme atteignent respectivement 630 et 602 milliards, soit trois fois plus qu'avant la guerre (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 36).
8. Dette viagère. Partie de la dette publique représentée par les pensions (retraite, invalidité) versées par l'État aux particuliers (cf. ex. 9).
9. Dette consolidée. Partie de la dette publique, à long terme, constituée par l'ensemble des emprunts à long terme, à savoir la dette perpétuelle et la dette à long terme, inscrite sur le Grand Livre de la Dette (publique) et dont les intérêts et amortissements font partie du budget de l'État (cf. Admin. 1972, BARR. 1974); cf. aussi consolidé II B.
10. Dette inscrite. Celle qui, constituée de la dette consolidée et de la dette viagère. est portée sur le Grand Livre de la Dette publique (cf. CAP. 1936).
11. Dette d'État. ,,Emprunts émis par le gouvernement précédent, à la charge du gouvernement suivant`` (CAP. 1936, ROB.). Anton. dette de régime.
12. Dette de régime (DR. FISCAL). ,,Celle qui ne concerne que le gouvernement qui l'a contractée et n'engage pas les gouvernements futurs`` (CAP. 1936). Anton. dette d'État.
C.— Au fig. Obligation morale contractée envers une autre personne pour un bienfait reçu ou un service rendu, et devoir que cela entraîne. Dette sacrée, d'amitié, de reconnaissance; acquitter une dette de reconnaissance envers qqn. Synon. devoir, engagement, obligation. Nous venons de contracter une dette de reconnaissance envers vous. Pour sauver notre enfant, vous avez risqué votre vie! (VERNE, Île myst., 1874, p. 375) :
12. En outre — et ce n'est pas la moindre des dettes que j'ai contractées envers l'École [des Chartes] — j'y ai été soumis à une certaine méthode de travail, à une certaine discipline intellectuelle et morale, qui me sont devenues une seconde nature.
MARTIN DU GARD, Souvenirs autobiographiques, 1955, p. LI.
P. ext.
1. Payer sa dette à (loc. où dette signifie tribut, chose pénible à supporter)
Payer sa dette à la justice, à la société. Purger sa peine, et spéc., purger la peine de mort, être exécuté. Everard payait sa dette à la pairie. Il était en prison (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 381) :
13. Même lorsque le meurtrier est seul en face de sa victime, il serait aisé de lui trouver des complices chez les morts et chez les vivants. Pourtant, lui seul est jugé, lui seul paye sa dette.
MAURIAC, Journal 3, 1940, p. 285.
Payer sa dette à la patrie. Faire son service militaire. Le temps serait venu où une fille n'eût pas voulu d'un garçon qui n'aurait pas acquitté sa dette envers la patrie. Et c'est dans cet état seulement, ajoutait-il, que la conscription aurait acquis la dernière mesure de ses avantages (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 310) :
14. Laissez la petite vanité de l'épaulette aux demi-sots; l'essentiel, pour une âme comme la vôtre, est de payer noblement votre dette à la patrie; l'essentiel est de diriger avec esprit vingt-cinq paysans qui n'ont que du courage; ...
STENDHAL, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 165.
Payer sa dette à la nature. Mourir. Synon. payer tribut à la nature :
15. ... après avoir justifié son choix par des travaux qui lui assignent sa place entre les Newton, les Leibnitz et les Euler, il [Lagrange] a payé sa dette à la nature, en léguant ses ouvrages et sa mémoire à des hommes dignes d'apprécier un pareil héritage.
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 354.
P. anal. Payer un tribut à... :
16. Je suis perclus de rhumatismes, et par eux cloué à mon fauteuil. Je paie une dette à l'affreuse bise qui désole éternellement Tournon. Il fait un vent à décorner les maris de quatre lieues à la ronde. Je souffre des pieds et ne puis marcher; ...
MALLARMÉ, Correspondance, 1863, p. 97.
2. Vx, fam. Avouer la dette, confesser la dette. ,,Reconnaître qu'on a tort, convenir d'un fait qu'on voulait cacher. On dit dans le sens contraire Nier la dette`` (Ac. 1835-1932) :
17. Les flots de sensations nouvelles produites par un succès si étonnant faisaient un peu perdre terre au bon sens de M. Leuwen, et c'est ce qu'il avait honte d'avouer, même à sa femme. Après des discours infinis, M. Leuwen ne put plus nier la dette. — Eh! bien, oui, dit-il enfin, j'ai un accès d'ambition, ...
STENDHAL, op, cit., t. 3, 1836, p. 312.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1174-76 dete « ce que l'on doit à quelqu'un » (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 2536). Du lat. debita, fém. tiré du plur. de debitum « dette », part. neutre substantivé de debere (devoir). Fréq. abs. littér. :2 045. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 4 604, b) 3 429; XXe s. : a) 2 254, b) 1 574.
DÉR. Dettier, subst. masc. ,,Individu soumis à la contrainte par corps`` (CAP. 1936). La communication n'était pas tout à fait interdite entre ces prisonniers si divers [de Sainte-Pélagie] (...) les dettiers envoyaient des journaux; on leur rendait la politesse en provisions de bouche (NERVAL, Bohême galante, 1853, pp. 118-119). On a ces belles, on les dompte, (...) Vivons! Et l'on sort d'Amathonte Par le corridor des dettiers (HUGO, Chans. rues et bois, 1865, p. 64). 1re attest. 1841 (JOIGNEAUX, Prisons Paris, p. 67); de dette, suff. -ier. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 150, 237. — KOHLM. 1901, p. 40. — QUEM. 2e s. t. 1 1970.

dette [dɛt] n. f.
ÉTYM. 1160; du lat. debita, de debere « devoir ».
Ce qu'une personne doit à une autre. → Devoir.
1 Obligation pour une personne ( Débiteur) à l'égard d'une autre ( Créancier), de faire ou de ne pas faire qqch., et spécialt, de payer une somme d'argent (contr. : créance).REM. On opposait autrefois la dette passive (dette proprement dite) à la dette active (créance). → Bilan, cit. 2.
Capital d'une dette : somme constituant la dette ( Principal) par oppos. aux intérêts.Contracter, faire des dettes. Devoir, endetter (s'). || Avoir des dettes (→ fam. Ardoise 3., b.). || Être abîmé, accablé, criblé (cit. 11), perdu de dettes. Obéré. || Avoir des dettes par-dessus la tête. || N'avoir pas un sou de dette. || Payer (→ Pensionner, cit.), acquitter, régler, rembourser une dette. || Liquider ses dettes. || Se libérer de ses dettes. || Être hors d'état de payer ses dettes. Banqueroute, carence, déconfiture, faillite, insolvabilité. Anciennt. || Prison pour dettes.Éteindre graduellement une dette. Amortir; amortissement; extinction. || Annuités d'une dette. || Échéance d'une dette. Échéance, terme; calendes. || Exigibilité d'une dette. || Dette non payée après l'échéance. Arriéré.Remise d'une chose pour la sûreté d'une dette. Gage; antichrèse, nantissement. || Personne qui fournit la garantie d'une dette. Caution. || Mise en demeure de payer une dette. Commandement, sommation; saisie. || Accorder un délai pour le paiement d'une dette. Atermoiement, délai. || Remise d'une partie de sa dette à un failli. Concordat (1.). || Balance des dettes réciproques. Compensation (cit. 12). || Billet fictif couvrant une dette. || Reconnaissance de dette. || Dettes inscrites dans un compte. Droit, dû, débet, découvert, passif, solde (débiteur).
1 Les dettes aujourd'hui, quelque soin qu'on emploie,
Sont comme les enfants que l'on conçoit en joie,
Et dont avecque peine on fait l'accouchement.
L'argent dans une bourse entre agréablement;
Mais le terme venu que nous devons le rendre,
C'est lors que les douleurs commencent à nous prendre.
Molière, l'Étourdi, I, 5.
2 Il mène avec lui des témoins quand il va demander ses arrérages, afin qu'il ne prenne pas un jour envie à ses débiteurs de lui dénier sa dette.
La Bruyère, les Caractères de Théophraste, « Défiance ».
3 (…) abîmé de dettes et léger d'argent (…)
Beaumarchais, le Barbier de Séville, I, 2.
4 (…) qu'elle avait plus de dettes qu'il n'y a de trous dans un crible et qu'au premier beau matin ses créanciers allaient faire saisie sur toutes ses créances comme sur tout son avoir.
G. Sand, François le Champi, XIX, p. 140.
5 (…) j'espérais à force de travail arriver à reconstituer notre fortune; mais le démon s'en mêle ! je n'ai réussi qu'à nous enfoncer jusqu'au cou dans les dettes et dans la misère (…) À présent, c'est fini, nous sommes embourbés (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, IV, p. 42.
5.1 Flore affichait maintenant librement sa liaison avec Velbar; mais, depuis l'abandon de Lécurou, la pauvre fille contractait sans cesse de nombreuses dettes.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 276.
Loc. Être en dette (avec quelqu'un).
6 Il s'inquiète d'être toujours en retard avec ses éditeurs; mais il n'a pas honte d'être toujours en dette avec ses amis.
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevski », V, p. 251.
Loc. Être cousu de dettes, en avoir beaucoup.
7 Je vis de croûtes, comme un romanichel. Je suis cousu de dettes.
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 287.
Dr. || Dette commerciale, qui résulte d'une opération de commerce. || Dette certaine. Certain (I., 2.). || Dette exigible, dont le créancier peut exiger actuellement le paiement. || Dette hypothécaire; dette privilégiée. || Dette liquide, dont l'existence est certaine. || Dette personnelle, qui permet au créancier une action personnelle contre le débiteur (opposé à dette de communauté, entre deux époux). || Dette réelle.Dette criarde. Criard (cit. 5). || Dette d'honneur, qu'on ne peut faire valoir en justice, que l'on s'engage à rembourser sur l'honneur.Dette de jeu, dette d'honneur.
8 Mes dettes de Venise, dettes d'honneur si jamais il en fût, me pesaient sur le cœur.
Rousseau, les Confessions, VII.
Prov. Qui paye ses dettes s'enrichit.Cent ans de chagrin ne payent pas un sou de dettes : se chagriner d'une dette n'en avance point le paiement.Qui épouse la veuve épouse les dettes.
2 Fin. || Dette publique ou dette de l'État.(1772). Vx. || Dette nationale : l'ensemble des dettes qui doivent être soldées par les deniers publics (comprenant les dettes grevant les finances locales, les traitements publics, pensions, dépôts dans les caisses de l'État…). Spécialt. || Dette publique, se dit de l'ensemble des obligations résultant d'engagements financiers contractés par l'État ( Emprunt). || La dette publique réalise immédiatement une recette, les autres dettes de l'État apparaissent dans les comptes publics comme dépenses. Ellipt. || La dette.REM. Du point de vue juridique on réserve l'expression dette publique aux engagements financiers contractés par l'État, à l'exclusion des emprunts des établissements publics, des entreprises nationalisées… — Dette intérieure, émise sur le marché national. || Dette extérieure, contractée par emprunts dans les pays étrangers. || La dette extérieure comprend la dette commerciale (emprunts souscrits sur des marchés étrangers, engagements envers des banques étrangères) et la dette politique (avances consenties par un gouvernement étranger).Dettes d'État, devant être prises en charge par tout nouveau gouvernement, par oppos. aux dettes de régime, qui n'engagent pas les gouvernements futurs.
Dette perpétuelle, dont le remboursement peut être indéfiniment différé sous réserve du paiement des intérêts. || Dette remboursable, dont l'échéance est déterminée : dette remboursable à terme; dette amortissable, remboursable par annuités, tirage au sort, etc. ( Amortissement, 4.). || La dette remboursable comprend la dette à court terme ou dette flottante, la dette à long terme, et la dette viagère. || Dette flottante : dette à court terme, constituée par les bons du Trésor et les certificats de trésorerie. || La dette flottante est sujette à une variation perpétuelle, selon le nombre d'émissions et de remboursements (d'où son nom). || La dette à long terme forme, avec la dette perpétuelle, la dette consolidée ( Consolidation). || Dette inscrite : dette qui fait l'objet d'une inscription au Grand Livre de la Dette publique; elle comprend la dette consolidée et la dette viagère.
9 Les divers emprunts émis par l'État, que ce soit d'ailleurs pour des fins monétaires, de trésorerie, ou pour des fins financières, c'est-à-dire budgétaires, constituent ce que l'on appelle la dette publique.
L. Trotabas, Précis de science et de législation financière, no 468, p. 356.
10 Les États, comme les particuliers, vivent normalement de leurs revenus. Mais, moins sages que les particuliers, il leur arrive souvent de dépenser plus que leurs revenus : alors ils empruntent, et il n'en est pas un seul, du moins parmi ceux qualifiés de civilisés, qui n'ait aujourd'hui sa dette publique, petite ou grande. Dès qu'un pays barbare fait son entrée dans « le concert des peuples européens », comme on dit élégamment, c'est d'ordinaire à ce signe qu'on le reconnaît. L'accroissement des dettes publiques a subi une progression effrayante (…)
Charles Gide, Cours d'économie politique, I, p. 516.
3 Par métaphore ou fig. Devoir qu'impose une obligation; ce qui est dû, ce qui doit être rempli, réglé (dans une opération). Engagement, obligation. || Acquitter une dette de reconnaissance envers qqn. || Dettes envers ses parents, envers la société. || Dette de la civilisation moderne envers la Grèce. || Dette de la science envers Archimède, Newton… || Dette sacrée.
11 Le monde doit apprendre que mes bienfaits ne sont pas une offrande, mais une dette.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 757.
12 C'est une dette de justice et d'amitié que je serai bien heureux de payer.
Sainte-Beuve, Correspondance, 337, déc. 1833, t. I, p. 404.
13 J'ajouterai que cette caisse, si convenablement pourvue de tout ce qui nous manquait, c'est lui qui l'a conduite et échouée à la pointe de l'Épave; que ce feu placé sur les hauteurs de l'île et qui vous a permis d'y atterrir, c'est lui qui l'a allumé (…) Donc, quel qu'il soit, naufragé ou exilé sur cette île, nous serions ingrats, si nous nous croyions dégagés de toute reconnaissance envers lui. Nous avons contracté une dette, et j'ai l'espoir que nous la payerons un jour.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. II, p. 658-659.
14 L'Anthologie des Poètes de Léautaud et Van Bever était son livre de chevet, comme aussi le mien : nous y avons découvert tous deux la poésie moderne. Ne jamais oublier cette dette à l'égard de Léautaud.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 140.
Dans un contexte scientifique :
15 Ainsi, tandis que la structure extrêmement complexe que représente la cellule bactérienne a été non seulement conservée mais multipliée plusieurs milliards de fois, la dette thermodynamique qui correspond à l'opération a été dûment réglée.
Jacques Monod, le Hasard et la Nécessité, p. 36.
Loc. Payer sa dette à la nature : mourir — ☑ Payer sa dette à la société, à la justice : purger sa peine, et, spécialt, être exécuté. — ☑ Payer sa dette à la patrie : accomplir son service militaire.
CONTR. Créance (3.), crédit (II., 4.); actif, avoir.
DÉR. Detteur.
COMP. Endetter, endettement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dette — DETTE. sub. fém. Somme d argent qu on doit. Ancienne dette. Nouvelle dette. Petite dette. Grosse dette. Méchante dette. Contracter, créer, faire des dettes. Payer, acquitter une dette, des dettes. S il se trouve insolvable, je perdrai ma dette.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • dette — Dette. s. f. Quelques uns escrivent encore Debte, Somme d argent que l on doit. Ancienne, nouvelle dette. petite, grosse dette. dette privilegiée. dette hypothecaire meschante dette. Dette active, Ce qui nous est dû. Dette passive, Ce que nous… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Dette d'Os — Dette posthume Dette posthume est une nouvelle écrite par Terry Goodkind. Elle a été publiée en français dans le recueil de fantasy Légendes, de Robert Silverberg, en 2003, aux éditions J ai Lu. Une nouvelle traduction est disponible depuis 4… …   Wikipédia en Français

  • Dette d'os — (Debt of Bones) est la préquelle de la série L Épée de vérité rédigé par Terry Goodkind. Parue en version originale en 1996, elle a été publiée en français sous le titre Dette posthume dans le recueil de fantasy Légendes, de Robert Silverberg, en …   Wikipédia en Français

  • Dette — Dette, n. Debt. [Obs.] Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Dette — [dɛt] die; , s <aus gleichbed. fr. dette, dies über vulgärlat. debita zu lat. debitum, Part. Perf. (Neutrum) von debere »schulden«> (veraltet) öffentliche Schuld, Staatsschuld …   Das große Fremdwörterbuch

  • Dette — (fr., spr. Dett), die Schuld; so seit 1814 in dem Königreich der Niederlande: D. integrale, das 1/3 der 1200 Mill. holländ. Gulden betragenden Staatsschuld, welche 1810 auch von den Franzosen anerkannt worden war u. 1814 von der zurückkehrenden… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Dette — (franz., spr. dett ), Schuld, Staatsschuld (d. publique); d. flottante, die schwebende Schuld im Gegensatz zur fundierten (d. fondée). Vgl. Staatsschulden …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Dette — (frz., spr. dett), Schuld, bes. Staatsschuld; D. publique (spr. püblík), öffentliche Staatsschuld …   Kleines Konversations-Lexikon

  • dette — dette, detter, our etc., obs. ff. debt, debtor …   Useful english dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.